A l'honneur ...



Deux prix nationaux pour Séma Kiliçkaya

En 2015, Séma recevait à la Sorbonne, le prestigieux prix Seligmann pour son roman : Le Royaume sans Racines. Cette année 2018, le prix littéraire France-Turquie lui est décerné pour La Langue de Personne. Deux prix nationaux pour une membre de l´AHME : quel honneur !

 Pour en savoir plus sur Séma Kiliçkaya, cliquez ici
 
  Royaume sans racines (Le)  
 
ecrivains Haute Marne
 • L'histoire d'une famille venue de Turquie et bientôt française


Dans ce roman, chronique d’une communauté turque transplantée en Haute-Marne, on sent l’Orient, son soleil, ses coutumes et ses parfums qui s’oppose au faux Eldorado de cette terre d’accueil qu’est la France. Opacité de la langue (difficulté d’entrer dans la langue d’accueil pour la première génération), sentiment d’aliénation de l’individu déraciné ; regret du paradis perdu (la
Turquie, qui pourtant n’en était pas un), déception du faux Eldorado d’accueil et quête éperdue de la dignité tant humaine que culturelle sont les lignes de forces qui traversent ce roman et lui donnent une incroyable chaleur humaine.

La langue. Arabe ou turque, française, allemande… toujours la première frontière. Les mots, sentinelles indifférentes, retiennent l’âme de Souane Gül au pays – la Terre Mère – tandis que son corps s’use à la tâche sur le sol des Fransawis, absorbé peu à peu par les ombres, les arbres et les brumes de la Haute-Marne.
L’armée des mots, ces soldats indisciplinés qui n’obéissent qu’à Zora, sa fille
aînée, mots livrant bataille contre le père, la tradition, les racines.

Il était une fois, il n’était plus… l’histoire d’une famille, une famille venue de
Turquie, bientôt une famille française…




Haut de pageHaut de page



 • Ce livre a obtenu le Prix Seligmann 2014



Le Prix Seligmann contre le racisme a été créé en souvenir des combats menés par Françoise et François-Gérard Seligmann contre le nazisme au sein de la Résistance et contre l’intolérance et l’injustice pendant la guerre d’Algérie. Il récompense annuellement une création écrite, individuelle ou collective, consacrée à la lutte contre le racisme et contribuant à la victoire de la raison et de la tolérance.

Le Prix Seligmann 2014 contre le racisme a été décerné à Sema Kiliçkaya, pour son ouvrage Le royaume sans racines, par la Chancellerie des Universités de Paris, le jeudi 16 octobre 2014, sous la présidence de Monsieur François Weil,
Recteur de l’Académie, Chancelier des universités de Paris.

« Nous sommes nombreux à courtiser la mémoire de l’immigration », écrit Zora (la narratrice) à la fin de ses mémoires. Et il est vrai que de nombreux ouvrages ont été consacrés à ce sujet. J’en ai lu quelques uns que je classe selon leur genre : évocation, démonstration, dénonciation. Mais rares sont les ouvrages consacrés à l’immigration
qui emportent, réjouissent, rendent gai et triste en même temps. Et aussi qui donnent envie
de s’approprier une poésie du verbe, de l’image et de la musique propre à la culture de gens qui, immigrés, connaissent illusions, désillusions et intégration.

Ce livre, bien qu’écrit chronologiquement, fait remonter le temps. Il se conclut sur la « francisation » d’une jeune immigrée révoltée contre elle-même, contre ses parents, sa culture, et qui, en définitive, s’accepte (y compris physiquement) en devenant une passerelle entre ceux qui sont comme ses parents et la culture du pays d’accueil.
Cet aboutissement est la conclusion d’un cheminement décrit tout au long du livre. Il dénonce les ravages de l’intolérance, des conflits entre les communautés
(alaouites, sunnites, kurdes). Il raconte aussi la rencontre au sein d’un village vertical, une tour de Babel - un immeuble - entre communautés immigrées qui, d’abord méfiantes, finissent par s’accepter, se comprendre et échanger des services et, ce qui est le plus important, des plats cuisinés. À telle enseigne qu’un des rares « vrais » Français qui habite l’immeuble affiche un rejet bougon des Turcs, mais tempère sa xénophobie en admettant que leur cuisine est bonne.

Écrit dès son prologue dans une langue sucrée, épicée, parfumée, jamais ampoulée, souvent surprenante, ce livre familiarise avec l’immigré. Il souligne que les liens qui
se créent entre immigrés d’origines différentes sont une manière de partager l’épreuve de l’intégration. Il se lit aussi comme un hommage au pays d’accueil, en dépit
de ses défauts, de son climat et de ses habitants. Il donne la parole à la mémoire qui, tels les choeurs de la tragédie grecque, commente de chapitre en chapitre la destinée des héros. L’originalité du livre tient aussi dans le fait qu’il décrit le destin de l’immigration turque en France, qui n’est pas celle à laquelle on pense en premier. D’ailleurs, les immigrés
en Europe sont appelés en Turquie Alamandji (parmi lesquels il y a les Fransawis).

Le lecteur qui connaît les actions de la Fondation Seligmann ne manquera pas d’être frappé par l’hommage rendu par l’héroïne à « Monsieur Larousse », c’est-à-dire au dictionnaire qui lui a permis de faire tant de découvertes. Le bien-fondé de la distribution de dictionnaires à des familles de primo-arrivants est conforté par le récit de cette jeune turque qui souligne qu’avec le dévouement de son institutrice, le dictionnaire a été décisif
pour son avenir.

Enfin, il s’agit aussi d’un vrai roman qui captive avec sa façon de raconter ou de suggérer un fait dont la clé est donnée plus tard, à un moment inattendu. C’est le récit de la conquête d’une jeune immigrée par la langue française, de son émancipation grâce à sa volonté de changer pour être elle-même, et qui achève son cheminement
en enseignant le « français langue étrangère ».

C’est un livre magnifique !

Guy Snanoudj




Haut de pageHaut de page



 • Références :


In Octavo éditions (2013)

22 cm de long et 14,5 cm de large.

ISBN : 9782848781941

Prix :20,50 €

Ce livre est disponible auprès de l'auteur ou à l'adresse ci-dessous.

Pour commander, remplissez (recopiez) le bon ci-dessous et renvoyez-le avec votre règlement sous enveloppe affranchie à :
In Octavo Éditions - 48, av. des Gressets - 78170 La Celle-Saint-Cloud
Nom : ......................................................... Prénom :...................................
Adresse : .......................................................................................................
Code postal :.............................. Ville : ..........................................................
Tél. : ........................................... E-mail : ......................................................
Mode de règlement ci-joint : Chèque Espèces
Signature :

ISBN : .........
Titre de l’ouvrage : ......




Haut de pageHaut de page



Auteur du livre :
 KILICKAYA Sema (Turquie 1968...)